euthanasie

Euthanasie pratique

euthanasie

VAUCLUSE. La France entière s’est émue devant la requête de Chantal Sébire, défigurée dans d’atroces souffrances depuis 2002 par une maladie rare, l’esthosioneuroblastome, et qui a saisi le tribunal de Dijon pour demander à être euthanisiée.

Aujourd’hui, alors que le procureur de la République vient de juger sa requête irrecevable, un médecin est sorti de l’ombre pour proposer de l’aider à mourir. Il s’agit du dr Bernard Senet, médecin généraliste à Velleron dans le Vaucluse et qui est membre de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

Interviewé sur France 3, le médecin vauclusien qui refuse le terme de « suicide assisté » et préfère parler d' »interruption volontaire de la vie » ne s’est pas dit surpris par la position du Parquet. Il souhaite que les Pouvoirs Publics puissent légiférer comme cela a été fait pour l’avortement.

Publicités